vendredi 10 février 2017

Les coups de đź’“ d' Une case en plus


Antoine Ozanam, scénariste du Journal d'Anne Frank et Arno Monin, illustrateur de L'Adoption ont tous deux réalisé des œuvres sectionnées par Une case en plus, l'association locale des documentalistes.


OZANANM et NADJI; Le Journal d'Anne Frank. - Soleil, 2016.
Adaptation.

Antoine Ozanam a adaptĂ© la version originale de 1947. On y retrouve les doutes, les peurs, les Ă©mois d'une jeune adolescente, Anne. On oublie Ă  certains moments qu’elle est en danger. Son innocence transparaĂ®t Ă  chaque case.


Antoine OZANAM, scénariste BD (ados/adultes), sélection Case en plus
Il a commencĂ© sa carrière en rĂ©alisant des affiches pour le cinĂ©ma et des clips musicaux. Il s'est constituĂ© une bibliographie riche en s'attaquant Ă  plusieurs genre : des adaptations, au genre historique en passant par le fantastique. Le journal d'Anne Frank est sa première expĂ©rience d'adaptation d'un roman. Il a acceptĂ© ce projet pour jouer le rĂ´le de « passeur » d'une histoire qui, tout en Ă©voquant des destins particuliers, est devenue universelle.
Ĺ’uvres : Journal d'Anne Franck, Ils ont fait l'Histoire, Gueule noire…
         







L'Adoption, tome 1 / 2, Qinaya de Zidrou et Arno Monin. Grand Angle, 2016.

Les dessins d'Arno Monin sont très soignés, il est illustrateur du premier tome de L'Adoption : Qinaya.
Retrouvez une Super interview d'Arno Monin sur Bruce lit !
Extrait de l'interview   
" Comment on s’embarque dans cette histoire d’orpheline adoptĂ©e par un vieil ours mal lĂ©chĂ©?
Eh bien nous travaillions Zidrou et moi sur Merci. La rĂ©alisation de ce one shot Ă©tait passĂ©e bien vite, et l’aperçu de notre collaboration plutĂ´t heureuse invitait Ă  poursuivre le jeu. Zidrou m’a fait suivre quelques pitchs en prĂ©cisant bien qu’il pressentait particulièrement cette histoire d’adoption. Je ne pense pas avoir hĂ©sitĂ© longtemps. Il faut bien imaginer que sur un pitch beaucoup d’ingrĂ©dients, qui font le charme de cette histoire, ne sont pas tangibles, pas forcĂ©ment Ă©vident de se projeter parfois. Mais je me suis vraiment libĂ©rĂ© sur cette histoire, artistiquement. Cette histoire se prĂŞtait particulièrement Ă  une ligne plus sensible, plus douce, j’ai eu envie d’une approche plus instinctive. "




 

Antoine Ozanam et Arno Monin seront en séance de dédicaces le vendredi 3 mars de 17 h à 18 h 30, puis le samedi 4 mars de 10 h à 18 h au Centre culturel Athéna.




                                                        

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire